Voir sans miroir

MIROIR_DIS_MOITrouvé sur Le jeu des miroirs ,  on dirait du Douglas Harding…

« Seuls ceux qui sont capables de voir leur vrai visage sans un miroir, seront capables de voir leur vraie nature. Quelle sorte de vision est-ce là ? 
Voir sans le miroir est voir non pas avec des yeux qui voient des objets mais en tant que CELA qui voit, c’est l’introspection ou inspection de la conscience par elle-même, là où il n’y a personne qui regarde »
Voir vraiment n’est pas seulement un changement dans la direction de la vision, mais un changement en son centre même, dans lequel le voyant lui-même disparaît.
Pour que l’illumination ait lieu le percevant doit juste se retourner et s’éveiller au fait qu’il est « face à face » avec sa propre nature – qu’ IL EST CELA.

Le chercheur spirituel trouve finalement qu’il était déjà à destination, qu’il est lui-même ce qu’il cherchait et qu’il était en fait déjà à la maison. ” Ramesh Balsekar

Publicités

L’effet Mistigri

Il existe des périodes d’enchantement dans la vie.

Les années « bébés nageurs » où l’enfant plongé dans l’eau est capable de nager en apnée. Il ne boit pas la tasse. Il n’est pas effrayé. Il nage sous l’eau comme s’il était dans son élément. Cela se produit entre 3 et 9 mois environ. Ensuite le réflexe se perd.

Il y a un autre moment merveilleux dans la vie où l’enfant ne peut dire que la vérité. Que ce qui EST. Entre 3 et 5ans vous pouvez jouez au cartes avec un enfant qui est incapable de tricher. A cet âge  l’esprit est comme un diamant, comme un miroir sans tache. Il est dans l’impossibilité de spéculer, de calculer, de faire des combinaisons mentales frauduleuses, de falsifier. Il ne peut dire rien d’autre que ce qui EST.  J’appelle cette période « les années Mistigri », c’est plein de paillettes d’or.

La vérité sort de la bouche des enfants (de cet âge, avant la pollution de l’éducation). Vous pouvez le vérifier à tous moments avec une partie de carte, c’est l’Effet Mistigri. C’est à la porté de chacun. Pur moment de bonheur et de délectation qui vous réconforte avec la nature humaine. Rousseau avait sans doute raison. Et si vous avez des enfants ou petits enfants, hâtez vous d’en profiter et d’en faire l’expérience avec « le jeu du Mistigri ». Ce sont des heures de plaisir, de rigolade assurées et les enfants adorent ce jeu.

Il s’agit d’un jeu de carte de 33 cartes avec lesquelles, une fois distribuées, il faut former des couples (cochons, oiseaux, ours,…). Celui qui n’a plus de cartes a gagné. Mais vous l’avez compris, le perdant est celui qui se retrouve avec la carte du Mistigri. Alors « normal », celui qui la détient essaie de la refiler aux autres, où ne veut pas la tirer dans les mains de son voisin.

C’est là qu’est tout le bonheur. Car si vous demander à n’importe qui (adulte ou moins grand) si la carte que vous allez lui tirer est le Mistrigri, il se gardera de vous le dire ou bien vous induira en erreur. Mais si vous le demandez à l’enfant bonheur, alors  lui ne pourra s’empêcher de vous répondre franchement et de vous dire la vérité. Et même ne voudra pas la donner car c’est la plus belle.

Les fins de partie avec le barbouillage  du nez du Mistigri (le perdant) au bouchon brûlé vient parachever la séance de rigolade.

Pratiquez ce jeu est un grand bonheur qui ne dure que quelques années. J’ai vécu des années de plaisir avec mes enfants et maintenant mes petits enfants.
Je vous le recommande. Vous m’en direz des nouvelles !

Conseil : le plus beau jeu (avec le plus magnifique Mistigri) est celui des éditions DAGOBERT.