L’émerveillement : le médicament de l’âme

emerveillement-enfantUn coucher de soleil, une image, un paysage, un tableau, une scène de vie, le regard d’un enfant… Tant de beauté, vous êtes touché, vous êtes émerveillé !

Avez vous remarqué l’état dans lequel vous vous trouvez lorsque soudain vous êtes pris d’émerveillement ?

A ce moment précis, vous êtes complètement absorbé par le sujet, vous n’êtes plus là, vous êtes absent à vous même. Vous êtes simplement, seulement, l’émotion, l’émerveillement. Mais en fait il n’ y a uniquement qu’absence de pensée, de « moi-je », car vous êtes justement complètement présent, si présent à ce qui se présente, à ce qui se passe que vous en oubliez tout le reste. Il n’y a plus de penseur, il n’y a plus d’objet de pensée, vous êtes dans l’unité avec le monde, vous faites UN avec tout.  C’est un moment d’illumination, vous ressentez  l’instant comme prodigieux et vous vous retrouvez avec un coeur d’enfant.

Lire la suite

Publicités

Apasionata

(crédit: Mad Jarova « Apasionata)
Seule la passion qui trouve son abîme
Sait embraser ton être jusqu’au fond
Seul ce qui se perd entier est donné à lui-même.
Alors, prends feu !
Seulement si tu t’enflammes
Tu connaîtras le monde au plus profond de toi !
Car au lieu seul où agit le secret, commence aussi la vie.
Stefan Zweig ( in Amok)

– * –

J’aime ce texte…! Et j’ajoute :

« Aimer à perdre la raison »

« tomber en amour »

« coup de foudre »

La passion est un foudroiement, une métamorphose.
Je ne pilote plus, ce n’est plus moi qui agit. Je tombe, je suis emporté. Qui vient ? Qui prend la place… ?

Laissons là la question, c’est encore la raison qui questionne, qui veut contrôler. La raison est la manifestation de l’Ego. Et  justement, la raison est l’obstacle, la vague à franchir… Se perdre dans la passion, suppose un abandon, s’adonner à autre chose qu’à l’ego, laisser place à une autre dimension. C’est une autre manière de se retrouver… ou plutôt de se trouver enfin.

La passion est un feu qui consume la raison, les idées raisonnables, les idées fausses sur le monde, toutes les idées d’ailleurs.. pour ne laisser place qu’au cœur. Et une fois ainsi dénudé il ne reste rien, que la réalité inaccessible au quotidien. L’inconnu, l’autre dimension de l’être… L’amour est un révélateur et l’autre dimension apparaît, comme autrefois l’image dans le bain photo ; magie de l’amour ! (ainsi je comprends mieux aujourd’hui ma longue passion pour la photo).

Qui trouve t il (elle) en lieu et place ?  Un monde merveilleux, infini … N’avez vous jamais gouté ?
La passion est divine… Elle met fin (au moins temporairement) à la dualité. Ce n’est pas une perte, c’est une porte. Mais attention, c’est dangereux. Vous risquez de ne plus pouvoir vous en passer.

Aimer passionnément, voilà justement la clé d’accès à l’être.

Alors je reprends …

« Sait embraser ton être jusqu’au fond
Seul ce qui se perd entier est donné à lui-même. »

Cela faisait un moment que ce thème obsédant tournoyait dans ma tête, mais je ne trouvais pas les mots pour l’exprimer.

Merci à « double-je » pour avoir rappelé ce beau poème et à Mad-Jarova pour ces superbes œuvres illustrant la divine existence et l’accès à la conscience.

Merveilleux, passionnant … que du bonheur.