Antr’VoiR : Expo Photos

Retrouver le regard d’enfance, l’émerveillement, faire place à l’instant et lui redonner force et vitalité, voilà l’objet du travail qui est présenté et regroupé sous le thème …

Antr’VoiR.

Si la peinture contemporaine s’éloigne de la représentation du réel pour essayer d’en rendre l’essence, mes photos cherchent à pénétrer au plus près le réel et semblent se rapprocher de peintures… Elles  sont comme des Koan Zen ou des poèmes Haïku. Le visiteur doit délaisser son appréhension habituelle des phénomènes, ne pas s’attacher aux formes reconnues, pour se laisser pénétrer par la lumière, voir autrement, voir l’antre.  L’oeil regarde, mais seul le coeur voit.

Jacques


*

*

L’exposition regroupe une vingtaine de clichés présentés en moyens et grands formats.

ROYAL HOTEL 8 rue de Maguelone  Montpellier
du 20 mars au 31 mai 2011
Entrée libre tous les jours de 11h à 20h



Regard’Ancolie ?

Un regard simple sur une chose, sur une fleur… Un regard léger, mais pénétrant, profond qui voit ce que d’habitude on ne voit pas.

La beauté la plus simple est là, merveilleuse, insaisissable, sauf pour Marie qui avec son appareil photo capte l’instant.  Elle nous appelle à aiguiser notre regard, à voir la beauté saisissante qui est là, tout simplement. La grâce nous saisie à la vue de ses images merveilleuses. On se laisse aller à rêver, dans une quiétude, une sérénité momentanée… J’ai réalisé un petit diaporama musical avec ces belles photos que j’ai nommé « Regard’Ancolie ».

Merci Marie de nous faire partager ton regard lumineux sur ce qui est insignifiant, pour ces instants merveilleux.

Haïku de maître Issa

(crédit photo : Marie-Ancolie)

*

monde de rosée

rien qu’un monde de rosée

pourtant et pourtant

(Issa Kobayashi)

* * *

En découvrant cette très belle photo de Marie-Ancolie, j’y ai reconnu le superbe haïku d’Issa, qui s’est aussitôt imposé à moi. Je n ‘ai pu m’empêcher d’en parler…

Ici il y a non seulement  beauté, harmonie, mais comme une porte ouverte vers l’infini, vers une autre dimension. L’image nous invite à regarder autrement, à prêter attention à ce qui est dérisoire, deux perles de rosée sur un écrin, deux perles de la vie… Cette photo nous force le regard. On ne peut reste insensible à tant de beauté.  L’oeil accède directement à ce qu’il néglige régulièrement et  la porte de l’émotion est ouverte, la porte du coeur …   « Et pourtant, et pourtant ».

Alors curieusement le haïku trouve ici toute son explicitation. On dit souvent en communication qu’une image vaut mille mots. Je dirai que le haïku essai de dire la même chose en trois lignes. Ici les mots et l’image sont en accord. Entre la photo et le poème, comme en musique, il y a une harmonique…

“On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux »

(Le petit prince, A. de Saint Exupéry)

Je m’interroge continuellement  sur l’art. Qu’est ce que l’art aujourd’hui ? Je vois la mode, la déco, plaire, le business, tout cela est proche du supermarché. Mais ici, il me semble que l’art trouve son véritable sens, celui d’essayer de résoudre la contradiction que relève St-Ex. Ici la photo rejoint le haïku, et sont deux formes d’expression poétiques qui tentent de forcer le passage,  de faire accéder à l’invisible, d’accéder à l’essentiel, à l’essence du monde phénoménal.

Qu’en pensez vous ?