Voir sans yeux

Qui voit ?

Qui voit ?

(c) J. Busnel

Je n’ai pas trouvé de meilleur explication de ma photo… que celle de José Le roy.

« Les yeux ne voient pas, les yeux sont juste des objets qui rendent la vision possible, comme le soleil d’ailleurs.
Ce qui voit en nous c’est l’espace clair et vide, l’immense espace au-dessus de nos épaules.
Réaliser que ce qui voit est l’Ouvert, la conscience pure nous éveille à nous-même; croire que les yeux voient nous plonge dans l’identification.
Si nous fermons les yeux, les formes et les couleurs disparaissent, mais ce qui voit ne disparait pas, la conscience ne disparait pas.
Ainsi prendre conscience de ce à partir de quoi nous voyons est essentiel. Nous voyons à partir de l’espace vide, sans yeux donc.
Regardez, c’est évident ! Vous voyez cette page d’ordinateur à partir de la vacuité, sans couleur et sans forme.  » (josé le roy)

Eveil et philosophie, blog de José Le Roy

Vivre le passé


Ah le passé, quand il nous tient… !

Il façonne notre vision. Il filtre notre vie à travers nos expériences vécues. Il finit par mettre de l’ombre sur le présent.

Accepter le passé. Accepter qu’il soit fini, terminé, jamais plus retrouvable… en faire son deuil. Ce n’est que souvenirs, rien d’autre, des images, seulement des images mémorisées.

C’était juste comme dans l’escalier, la marche précédente sur laquelle on s’est appuyé et que l’on vient de quitter pour s’engager sur une autre.

Oui  la première marche, la plus lointaine, était sans doute belle et excitante d’une montée vers un inconnu désiré. Un escalier , des marches qui nous ont aider à monter plus haut…Mais maintenant ce n’est plus que le souvenir de ces premiers moments. Et il ne faut regarder devant en grimpant, sous peine de dégringoler…

Regarder devant… en ce moment, pour avancer légèrement.

Tout ça n’empêche pas de regarder la beauté de l ‘escalier, de l’histoire vécu. Mais sans nostalgie, car ce fut un plaisir de grimper sur chaque marche, et que chacune n’avait que pour but de nous emmener plus haut, de nous faire découvrir autre chose. Tout ça n’avait pour but que d’en arriver là où nous sommes en ce moment, et de toujours savourer ce moment d’existence.

 

Voyez la petite voix dans votre tête

«Voyez si vous réussissez à remarquer la voix dans votre tête au moment même où elle se plaint de quelque chose.
Reconnaissez-la pour ce qu’elle est, c’est-à-dire la voix dans votre tête, rien de plus qu’un schème mental conditionné, une pensée.
Chaque fois que vous remarquerez cette voix, vous réaliserez également que vous n’êtes pas la voix dans votre tête, mais celui qui est en est conscient.
En fait, vous êtes la conscience qui est consciente de la voix.»

Eckhart Tolle

Je bosse mon cher Eckart… Je bosse, mais cette petite voix, quelle force !

Humeur du moment

Rien à voir

Dans la tête, sans elle...

Only thrill… so beautifull life

Aimer est un verbe et le fruit de cette action est l’amour.

J’ai découvert ce beau texte. Il m’inspire de belles méditations et je ne peux m’empêcher de le partager.

* – *

« Un homme se rendit chez un sage pour lui demander conseil. Il lui dit qu’il n’aimait plus sa femme et qu’il avait l’intention de la quitter.

Le sage l’écouta, le regarda dans les yeux et prononça les mots suivants :

-aime la,  et ensuite il se tut.

-mais je ne ressens plus rien pour elle !

Alors devant l’air déconcerté de l’homme, après un bref silence, il lui dit la chose suivante :

-aimer c’est une décision, non un sentiment, aimer c’est se dédier à quelqu’un, se livrer à lui. Aimer est un verbe et le fruit de cette action est l’amour.

L’amour est comme un exercice de jardinage : commencer par ce qui n’est pas forcément agréable, préparer le terrain, semer, être patient, prévoir et attendre. Se préparer à avoir des intempéries, la sécheresse ou un excès de pluie…mais ne jamais abandonner son jardin pour cela.

L’intelligence sans amour rend pervers,

La justice sans amour rend implacable,

La diplomatie sans amour rend hypocrite,

Le succès sans amour rend arrogant,

Le risque sans amour rend avare,

La docilité sans amour rend servile,

La pauvreté sans amour rend orgueilleux,

La beauté sans amour rend ridicule,

L’autorité sans amour rend tyran,

Le travail sans amour rend esclave,

La simplicité sans amour te déprécie,

La prière sans amour rend introverti,

La loi sans amour rend esclave,

La politique sans amour rend égoïste,

La foi sans amour rend fanatique,

La croix sans amour se transforme en torture,

La vie sans amour n’a pas de sens !

Pour tout cela aime la. »

*

Remerciements à Brigitte Barateau-Dumesnil

Vais-je accepter cela ?

« Vous devez vous rappeler que tout ce qui arrive, arrive pour le mieux. Il y a une distribution divine des choses. Votre vie eût été appauvrie sans toutes les choses qui vous sont arrivées. Aussi tout doit être accepté, le bon et le mauvais. En fait, vous n’avez pas le choix. Si vous voulez le bon, vous aurez le mauvais aussi. Chaque chose a deux aspects. Si vous voulez le côté face d’une pièce, vous devez prendre le côté pile aussi. C’est inutile d’attendre seulement du plaisir. Le plaisir et la peine vont toujours de pair. Il faut prendre les deux, ou rien du tout. Quand une chose arrive, acceptez-la d’abord. C’est la vérité. C’est arrivé. Pouvez-vous la refuser et dire que ce n’est pas arrivé? Non. Après avoir pleuré et vous être lamenté vous allez accepter en tout état de cause. Pourquoi ne pas l’accepter dès le début ? Dites  » oui  » à tout. Quand vous acceptez de plein gré une chose, il n’y a pas de souffrance.

La peur doit être bannie de votre vie.  La peur que quelque chose arrive est pire que la chose elle-même. Les peureux meurent bien des fois avant l’heure de leur mort. La peur doit être bannie de votre vie car elle est irrationnelle et bloque l’action. » Swami Prajnanpad (nondualite.free.fr)

 » On regarde en avant et en arrière et on languit pour ce qui n’existe pas « . (Shelley)

L’action chasse la pensée

(Crédit photo : Dhammza)

* * *

solitude
j’écarte mes cinq doigts
histoire de voir

Hôsai Ozaki (1885-1926)


La solitude est un sentiment direz vous ? Non c’est seulement une idée de solitude,  une pensée… L’équilibriste sur un fil éprouve t il un sentiment de solitude ?

Sommes nous jamais seuls ?  séparés ? … La pensée sépare, les entretiens de Krishnamurti ou de Prajnanpad nous éclairent sur ce sujet. J’écarte les doigts, histoire de voir … ?