Over the rainbow

Jardins du Chateau de Richelieu (mars 2010)

Cette chanson, mais surtout cette interprétation et cette voix, qui je ne sais pourquoi, me plongent continuellement et invariablement dans une incontrôlable émotion… Je l’ai découverte en 2003, et depuis des années je suis à chaque fois envahi par une terrible nostalgie et un immense bonheur… Toujours traversé par des émotions contrariées, je dois m’accrocher pour contenir les larmes…  Et je ne sais plus si je pleure de bonheur ou de chagrin. Peut être les deux à la fois ?

Israel Kamakawiwo, que je vois aujourd’hui pour la première fois en photo et dont je découvre les paroles en français, m’a bouleversé toutes ces années. Comment un chant d’une telle beauté peut-il sortir de cette masse sans forme ? Surprenant paradoxe de la nature.  Ce merveilleux gros homme, habité d’une autre beauté, qui de sa petite guitare et de sa belle voix surprenante de légèreté, met carrément mon coeur à nu, comme s’il en tirait délicatement les notes ;  comme s’il en faisait un chapelet de pétales qu’il soufflerait généreusement au monde ; comme si le monde se trouvait, se retrouvait dans cette voix magnifique à un banquet d’émotions sous une pluie de fleurs de cerisiers. Comme un parterre de fleurs de douleur et de bonheur qu’il sème pour un éternel printemps, toujours renouvelé !

« Quelque part au-delà de l’arc-en-ciel
Bien plus haut
Et les rêves que tu as rêvé

Une fois dans une berceuse
Quelque part au-delà de l’arc-en-ciel
Les oiseaux bleus volent
Et les rêves que tu rêves
Ces rêves se réaliseront
Un jour je ferai un souhait en regardant une étoile
Me réveillerai là où les nuages seront loin derrière moi
Où les ennuis fondront comme des gouttes de citron
Haut au-dessus des cheminées, c’est là que tu me trouveras
Quelque part au-delà de l’arc-en-ciel les oiseaux bleus volent
Et les rêves dont tu oses rêver, pourquoi, oh pourquoi ne pourrais-tu pas ?

What a wonderful world … »

Publicités

4 réflexions sur “Over the rainbow

  1. Merci d’être attentif à mes billets, mais je ne suis ni prophète, ni journaliste, encore moins écrivain, tout juste joueur de quelques mots.. simple chercheur d’éveil, Je ne détiens aucune vérité. J’écris seulement quand viens l’inspiration, au gré des humeurs, du vent et du temps disponible… Vous auriez tord d’attendre quelque vérité de ma bouche. Je ne fais que m’écrire et réfléchir à voix haute, rien que du relatif…

    ET le secret du bonheur, je crois, c’est justement de ne rien attendre. Juste se laisser surprendre et accepter que les faits soient ainsi.

  2. Je ne te parlerais plus anglais, je t’y croyais sensible.
    Mais alors, dis-nous quelles pierres de Démosthène, faut-il placer dans ta gorge pour t’entendre nous dire, encore et toujours, ce qui nous empêche de mourir un peu chaque jour ?

  3. Every day, I wait and your message does not come.
    You have no reason for delaying your sending.
    You know that we wait for it.

  4. Il n’ y a pas d’au-delà de l’arc-en-ciel.
    Seules les filles s’y promènent,
    comme les anges de nos rêves.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s