LA JEUNESSE

La jeunesse n’est pas une période de la vie.
Elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l’imagination: une intensité émotive.
Une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années:
on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
Les années rident la peau: renoncer à son idéal ride l’âme..
Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs
sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre
et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.
Il demande comme l’enfant insatiable: Et après?
Il défie les événements et
trouve de la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi.
Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
Aussi jeune que votre espoir.
Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini.

Si un jour, votre coeur allait être mordu par le pessimisme
et rongé par le cynisme,
Puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

(Général Douglas Mac Arthur)

Oui, un général, un militaire, celui qui a signé la reddition des  japonais lors de la dernière guerre mondiale.  Surprenant, non ?

Publicités

2 réflexions sur “LA JEUNESSE

  1. Un général qui reste jeune, à première vue, ça étonne.
    En règle générale, les généraux meurent assez vieux. c’est pas comme les 2° classe qui eux ont tendance à mourir jeune.
    Ainsi, dans la masse des généraux qui meurent vieux, certains restent jeunes, ç’est bon à savoir.

  2. Surprenant ?? au premier abord peut-être, seulement..

    L’âge est bon pour l’état civil.. on peut être vieux à 20 ans et jeune à 70 ou plus..

    « on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal » on peut aussi dire… parce qu’on ne l’a pas trouvé/rencontré.

    Il a tiré un enseignement positif de toutes ces horreurs et a dû puiser dans son for intérieur et ses croyances pour devenir sage, et certaniement dans la souffrance physique et morale qu’il a dû endurer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s