Sensations

Toujours je t’ai senti, sans même pouvoir te prononcer.

Puis dans les livres, je t’ai rencontré. Alors ce que je ressentais du fond de mon âme s’est mis à chanter.

Merci Arthur  d’avoir mis de si beaux mots sur d’ineffables et merveilleuses sensations.

Combien de fois depuis t’ai je murmuré ?

Et rêveur, je continuerai d’aller par les sentier

laissant le vent baigner ma tête nue…

Sensations

« Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien, »
Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

( Mars 1870. Arthur Rimbaud)

Publicités

2 réflexions sur “Sensations

  1. Merci pour votre commentaire.
    Ici aussi le temps à réussi à nous geler. L’hiver généralement clément, ne nous avait pas habitué à tant de rigueur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s